Comment apprendre aux jeunes enfants à gérer leur comportement ?
par Normand Leblanc
publié: 2019-05-29 10:19:17
modifié: 2019-05-29 10:19:40
Temps de lecture: 3 min

De plus en plus d’enseignants de classes prématernelles et maternelles et de plus en plus de parents se plaignent des comportements difficiles des enfants aussi jeunes que trois ans. Des comportements externalisés comme de l’agitation, de l’impulsivité, de l’opposition, de l’instabilité émotionnelle, de la provocation, de l’agressivité ou de l’irritabilité représentent des facteurs de risque pour l’adaptation sociale et scolaire des enfants. Ces enfants vivent alors de la frustration, de la colère et de l’incompréhension. Ces comportements sont souvent associés au trouble déficitaire de l’attention avec ou sans hyperactivité, au trouble de l’opposition et aux difficultés d’apprentissage. Et ces adultes sont souvent démunis vis-à-vis de ces comportements qui perturbent autant le fonctionnement attendu de la classe que les relations familiales.

Alexandra Volckaert, neuropsychologue et Marine Houssa, psychologue ont mené pendant plus de sept ans des recherches sur la prise en charge neuropsychologique des fonctions exécutives chez les jeunes enfants. Leurs recherches se modulent à d’autres menées auprès de milliers d’enfants qui démontrent qu’il est possible d’enseigner aux jeunes enfants à gérer leurs émotions et inhiber leur impulsivité dans une démarche préventive de difficultés d’adaptation.

Ces recherches ont permis à ces chercheures de mettre au point la méthode INEMO, littéralement INhibtion des ÉMOtions, laquelle vise à enseigner aux jeunes à comprendre leurs émotions et à gérer les conflits. Leur médiation amène les enfants à reconnaître comment ils se sentent et comment ils peuvent faire pour contrôler leurs émotions. Dans cette démarche les élèves apprennent également à reconnaître et comprendre les émotions des autres (théorie de l’esprit). Ce type d’intervention a été maintes fois validé et prouve que l’amélioration du contrôle cognitif des enfants de classes maternelles améliore non seulement leur comportement, mais aussi la réussite scolaire.

L'importance des capacités d'inhibition

De nombreuses recherches confirment le lien entre les capacités d’inhibition et les comportements externalisés. Ces recherches confirment que les fonctions exécutives et principalement les capacités d’inhibition sont très importantes dans le développement scolaire et l’adaptation de l’enfant au milieu scolaire et à sa réussite scolaire. Elles le demeurent pour l’adaptation de l’adulte à sa vie professionnelle et relationnelle.

Très souvent associées à la dimension cognitive de l’apprentissage, les fonctions exécutives servent aussi à réguler le comportement que ce soit de suivre une consigne, résoudre un problème par étapes successives ou contrôler son impulsivité. Or, de faibles capacités exécutives mènent à des troubles du comportement, plus de comportements agressifs, plus d’inattention, un niveau élevé de comportements externalisés et une mauvaise adaptation scolaire.

Le programme INEMO

Alexandra Volckaert, coauteure d’INEMO, décrira leur méthode d’intervention, validée par la recherche et maintes fois testée auprès de jeunes enfants. Leur programme utilise diverses tâches ludiques et divers personnages pour enseigner aux enfants à comprendre les émotions (joie, colère, tristesse et peur) et inhiber une réponse dominante (un comportement inadéquat dans les circonstances). Les chercheuses appliquent cette méthode à raison d’une fois par semaine, pour une séance de 45-50 minutes pendant 20 semaines.

Cette intervention cible l’apprentissage de la métacognition pour favoriser l’autocontrôle. Par exemple, on démontre à l’enfant qu’il peut utiliser son « gendarme » pour apprendre à s’arrêter et réfléchir avant de donner sa réponse, ou à faire la « statue » dans un exercice où le contrôle moteur est nécessaire ou encore à utiliser son « détective » pour vérifier ses productions et les corriger au besoin. « Vous repartirez surtout avec des exemples concrets de jeux, supports, histoires ou bricolages à faire avec les enfants pour les aider à mieux comprendre les émotions, et mieux gérer l’impulsivité.

Cette intervention rigoureuse a permis aux enfants à apprendre à réguler leur comportement et à diminuer leur agitation et leur inattention et même à réduire leurs comportements agressifs. Et ces bénéfices sont confirmés autant par leur recherche systématique que par les rapports subjectifs des enseignants et des parents.

Intervenir dans les écoles afin d'améliorer la gestion des émotions et les difficultés d'apprentissage

Avec le programme INEMO KIDSCHOOL, Alexandra Volckaert et Marine Houssa appliquent le programme INEMO dans les écoles de Wallonie-Bruxelles.

Alexandra Volckaert proposera un atelier d’une journée et une conférence traitant de cette thématique dans le cadre du congrès ÉDUCO 2019 (2 et 3 octobre 2019)

© Groupe Éduco 2015-2019.